5 conseils pour réduire les frais généraux d’une TPE-PME

 

Ils grignotent la marge bénéficiaire et pèsent sur la compétitivité de l’entreprise : les frais généraux ne sont pas des frais incompressibles pour une TPE-PME. Il est néanmoins nécessaire de revoir son organisation et de dépoussiérer son logiciel pour trouver dans les frais généraux des leviers d’économie. L’expert-comptable peut aider le dirigeant à identifier ces dépenses superflues.

 

1. Réduire les consommations énergétiques

Le conflit en Ukraine a entraîné une hausse brutale du coût des énergies dans les entreprises françaises. Gaz, électricité: les factures menacent de s’envoler, alors il est temps de miser sur la sobriété énergétique pour maîtriser ce poste de dépenses. Avec un autre bénéfice à la clé : réduire l’impact environnemental de l’activité, ce qui est positif pour l’image de marque d’une TPE-PME ! Il existe de nombreux leviers pour diminuer la consommation d’énergie :

  • investir dans des équipements moins énergivores (flotte électrique, chauffage et climatisation éco-performants, etc.) ;
  • améliorer l’isolation des bâtiments ;
  • adopter des éco-gestes (couper l’éclairage et les postes informatiques hors utilisation, etc.).

 

2. Limiter les déplacements

Dans le prolongement de la sobriété énergétique de l’entreprise, il est possible d’arbitrer dans les déplacements afin de réduire l’impact carbone… et alléger la facture en transports (carburant, trains, hôtel, etc.). Il s’agit ici de rompre avec des traditions ancrées consistant à penser que la rencontre de visu est à la fois une marque de respect du client et une démarche indispensable pour engager ou préserver la relation commerciale. À l’heure des outils numériques de visioconférence, il est possible d’organiser des réunions de travail à distance productives qui vont économiser du temps et de l’argent. À condition d’investir dans un matériel de qualité pour garantir la meilleure expérience.

 

3. Privilégier le e-marketing

Voilà encore un poste de dépenses imprégné de tradition. Le courrier papier et le prospectus ont certes des avantages : la garantie que le document arrive jusqu’au destinataire, là où le taux d’ouverture d’une campagne d’emailing navigue entre 15 et 20% d’après Campaign Monitor. Néanmoins, la présence digitale est moins coûteuse et peut s’appuyer sur de nombreux canaux pour cibler différentes cibles (réseaux sociaux, messageries instantanées, etc.). Et le potentiel en termes d’audience est décuplé !

 

4. Revoir et négocier les contrats avec les prestataires

La fidélité est une vertu, mais faire jouer la concurrence est dans l’intérêt d’une TPE-PME souhaitant réduire ses frais généraux ! Il est important de partir du besoin pour s’assurer que les contrats avec les fournisseurs y correspondent. Dans un second temps, demander plusieurs devis permettra d’aller au moins disant ou de négocier un rabai auprès de ses partenaires historiques.

 

5. Externaliser les activités non stratégiques

Une petite ou moyenne entreprise a parfois intérêt à se resserrer sur son activité coeur de métier. C’est le moyen de mieux contrôler ses coûts en s’appuyant sur la sous-traitance. Elle bénéficie ainsi de l’expertise d’une entreprise spécialisée dans son activité (nettoyage, maintenance informatique, etc.) et de réduire la masse salariale de la TPE-PME.

Laisser un commentaire